Maroc-France: La leçon d’histoire de Tahar ben Jelloun à Emmanuel Macron

5 mins read
Tahar ben Jelloun

Maroc-France: La leçon d’histoire de Tahar ben Jelloun à Emmanuel Macron – Les relations franco-marocaines sont au point mort, ce n’est plus un secret. Une crise diplomatique crispe les relations entre les deux pays, dont l’amitié et la proximité ont toujours été cadrées et indiscutables.

Il aura fallu un président, Emmanuel Macron, et un thème, l’immigration clandestine, pour que le froid diplomatique s’éternise en hiver. C’est dans ce contexte que l’écrivain et poète franco-marocain, Tahar ben Jelloun, tente dans une tribune publiée dans les colonnes de l’hebdomadaire français Le Point «d’expliquer le Maroc» à Emmanuel Macron.

Le prix Goncourt 1987 revient dans un premier temps sur l’histoire millénaire du Maroc. «C’est un pays qui n’a jamais été colonisé. Il a résisté aux Ottomans qui s’étaient installés en Algérie, en Tunisie et en Égypte. La France y a exercé un protectorat de 1912 à 1956. Rien à voir avec l’implantation coloniale chez le voisin de l’Est», écrit-il, pour conclure que «de ce fait, entre les deux pays, il y a toujours eu de l’amitié, une certaine bonne disposition».

Sur cette lancée, Tahar ben Jelloun propose à Emmanuel Macron d’énumérer les éléments qui démontrent la relation fusionnelle entre le Maroc et la France. «Le français est une langue parlée par un grand nombre de Marocains», écrit-il, pour souligner l’importance de la langue de Molière et de la culture française au Maroc. Il passe ensuite en revue les liens qui unissaient les anciens présidents français avec Rabat, à commencer avec François Mitterrand, qui déjà, rappelle l’auteur, «entretenait des relations suivies et même amicales avec Hassan II». Il en est de même pour Jacques Chirac, «vieil ami de la famille royale et du peuple marocain».

L’excellence des relations bilatérales s’est également poursuivie sous les présidences de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande, soutient l’auteur, jusqu’à l’arrivée de Macron. «Il a cru pouvoir se comporter avec le Maroc avec une certaine désinvolture», explique Tahar ben Jelloun. Selon lui, le président français se serait invité de manière unilatérale dans le pays. «J’irai au Maroc fin octobre», a-t-il ainsi répondu à quelqu’un dans la rue qui lui posait une question à propos du Maroc. Selon l’écrivain, «le roi, séjournant à Paris durant cet automne, aurait refusé de le prendre au téléphone».

Les consulats du Maroc n’ont jamais refusé de rapatrier des clandestins, soutient Ben Jelloun, qui assure que «le ministère de l’Intérieur français lui adressait indifféremment des individus tunisiens, algériens et marocains. Il ne faisait pas la différence entre les trois pays». L’auteur de la tribune va même jusqu’à inviter le président français à «apprendre le marocain, non la langue, mais sa culture traditionnelle, son fonctionnement». Ceci avant de souligner que la cause principale, cause sacrée, celle de l’intégrité territoriale est au centre de toutes les politiques au Maroc alors que «la France, pour ne pas froisser les généraux algériens, se maintient dans une position qui n’a pas évolué depuis longtemps».

Conclusion logique pour Tahar ben Jelloun: «Si Emmanuel Macron veut réparer les séquelles d’une grosse crise franco-marocaine, il sait ce qu’il faudra faire. Reconnaître que la position marocaine est juste et que l’Algérie a tort de continuer à nourrir un conflit créé artificiellement il y a bientôt un demi-siècle par Houari Boumédiènne, empêchant en cela la constitution d’un Maghreb uni et fort».

Arabnews

Lascia un commento

Your email address will not be published.

Latest from Blog

Neppure con un fiore!

Neppure con un fiore! di Salvatore Sfrecola “Le donne non si sfiorano neppure con un fiore!”

QUELL’ASSE ALGERIA-RUSSIA-IRAN

QUELL’ASSE ALGERIA-RUSSIA-IRAN – La settimana scorsa l’amministratore delegato di Eni Claudio Descalzi e il presidente e direttore generale